Partager
CEDAO: La 52è conférence des Chefs d’Etats demande à la classe politique togolaise de se lancer sans délai dans un «dialogue inclusif»

CEDAO: La 52è conférence des Chefs d’Etats demande à la classe politique togolaise de se lancer sans délai dans un «dialogue inclusif»

Les Chefs d’Etats de l’espace communautaire ouest africain a tenu ce 16 décembre à Abudja au Nigéria sa 52è session ordinaire au cours de laquelle plusieurs décisions ont été prises.

S’agissant du Togo, les présidents ouest-africains demandent aux protagonistes de la crise de se mettre très vite autour de la table de négociations pour «un dialogue inclusif». Lire la déclaration

Sur la situation au Togo

«La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement exprime sa préoccupation face aux tensions politiques persistantes en République togolaise suite aux manifestations publiques organisées par des partis politiques réclamant les réformes constitutionnelles et institutionnelles.

La Conférence condamne fermement toutes les formes de violences et de débordements qui se traduisent par des pertes en vies humaines, des blessés et des dégâts matériels.

La Conférence se félicite des mesures d’apaisement et de décrispation adoptées par le gouvernement togolais afin de créer un environnement  propice à l’ouverture du dialogue national visant à la mise en œuvre consensuelle des réformes politiques souhaitées.

Dans cette dynamique, la Conférence se félicite des initiatives déployées par la CEDEAO, en particulier  les efforts louables menés par leurs Excellences, Professeur Alpha Condé, Président de la République de Guinée et Président en exercice de l’Union Africaine et Nana Akufo-Addo, Président de la République du Ghana,  en vue de favoriser le rapprochement des partis politiques togolais et de promouvoir le dialogue pour une issue pacifique à la crise.

La Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement lance un appel aux acteurs politiques togolais à s’engager pleinement et dans les plus brefs délais, dans un dialogue inclusif dans un esprit de compromis pour parvenir à une approche partagée dans la mise en œuvre des réformes politiques, dans le respect de l’ordre constitutionnel et des institutions démocratiques.

La Conférence réaffirme sa disponibilité  à continuer de suivre et d’accompagner le Togo et les acteurs politiques togolais dans le processus de dialogue et de réformes constitutionnelles engagé par le gouvernement togolais».

Laissez un commentaire