Partager
Togo, la poule aux œufs d’or de Bolloré. 5,18 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2017

Togo, la poule aux œufs d’or de Bolloré. 5,18 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2017

Contre des pacotilles (salle de cinéma, espace de jeunes, promesse d’une ligne de train..), il se fait de l’oseille au Togo.

Disposant du port à conteneurs de Lomé pour 35 ans, le seul port en eau profonde de la sous-région ouest africaine, bradé contre une miette qu’on estime à 1 million d’euro de recettes dans les caisses de l’État chaque mois (reste à vérifier), les affaires togolaises de Bolloré sont un véritable puisard rempli d’or.

Et pour rien au monde, il ne lâchera pas son grand copain le criminel Faure Gnassingbé qui lui a fait un si grand cadeau au détriment de ses administrés.

Déjà en 2016, le Groupe Bolloré a réalisé une augmentation de 115% de son chiffre d’affaires dans notre petit pays. Et cette croissance ne fait que continuer.

Rien que pour l’exercice 2017, le business du colon nommé Bolloré qui se fait passer pour un philanthrope en Afrique, lui a rapporté au dans notre pays, un chiffre d’affaires de 5,18 milliards d’euros. 5,18 milliards d’euros (chiffre avancé par le journaliste du quotidien français « Libération » Pierre Alonso), un chiffre qui donne le tournis si l’on sait que toute la poule aux oeufs d’or s’appelle le Togo, un pays dont le budget de l’État est de 1000 milliards de franc CFA, un pays qui manque de tout (hôpitaux, centres de santé, infrastructures scolaires, des pistes et des routes pour désenclaver les zones agricoles, d’autoroutes etc.)

Le plus révoltant est que ce bénéfice ne créé pas de la richesse au Togo mais est rapatrié pour créer de la richesse et de l’emploi en France, pays du Breton Vincent Bolloré.

Comment peut-on avoir obtenu un MBA (Master in Business Administration) et pouvoir ainsi brader un pan entier de l’économie de son pays aux étrangers qui se sucrent allègrement? La réponse est que ce bradage bénéficie nettement à l’oligarque Faure Gnassingbé.

Et ce partage des richesses nationales de notre pays a de puissantes ramifications internationales qui font que, même avec plus de 500 cadavres sur la conscience lors de la captation du pouvoir en 2005 et une crise politique qui dure depuis plus de 4 mois déjà avec au moins 17 morts, la communauté internationale n’ait levé le petit doigt pour taper sur le Président togolais.

Aux Togolais de comprendre ce qui leur reste à faire pour mettre un terme à cette gabegie qui les ruine, après la même mainmise sur le phosphate par les Israéliens.

Anani Sossou

Laissez un commentaire