Partager
Togo: la coalition des 14 partis politiques refuse de rencontrer Komi Sélom klassou et son gouvernement

Togo: la coalition des 14 partis politiques refuse de rencontrer Komi Sélom klassou et son gouvernement

«La coalition réaffirme son ferme engagement à poursuivre la préparation des discussions dans le cadre de la double médiation de la Guinée et du Ghana et ne pourra pas par conséquent répondre à votre invitation», voilà la réponse remise à Komi Klassou par l’opposition togolaise regroupée dans la coalition des 14 partis politiques.

La conférence de presse du gouvernement du jeudi 6 décembre au cours de laquelle Gilbert Bawara annonçait la consultation de l’ensemble des partis politiques et des personnalités politiques en vue de recueillir leurs avis sur le format et les modalités du prochain dialogue a déjà du plomb dans l’aile. Et pour cause.

La coalition des 14 partis a simplement refusé de participer à une mascarade et à un dilatoire qui sont symptomatiques de ce pouvoir décadent. Et la raison de ce boycott est compréhensible.

Car comment comprendre que le pouvoir togolais dont l’entêtement est à la base de l’actuelle crise politique, ce pouvoir qui est une partie intégrante du problème, pourra également être le juge?

Pourquoi vouloir recueillir l’avis de cette coalition alors que celle-ci avait depuis remis aux médiations guinéenne et ghanéenne (qui ont sûrement donné copie au gouvernement) un mémorandum qui rassemble leurs exigences et les principaux points qui devraient être débattus lors du dialogue en vue?

Recueillir l’avis des anciens Premiers Ministres comme Agbéyomé Kodjo, Koffi Sama, Kouassi Klutsè ou encore Koffigoh etc… équivaudrait à écouter de nouveau le RPT/UNIR dans ses subterfuges et dans sa fuite en avant légendaire pour dénaturer l’esprit et la lettre du futur dialogue qui ne pourrait se structurer qu’autour du retour à la Constitution de 1992 avec toutes ses conséquences et le vote de la diaspora.

Recevoir et prendre en considération les avis des partis politiques satellites du RPT/UNIR comme le MRC de Abass Kaboua, le NID de Sassou Dosseh-Anyron, le NET de Gerry Taama etc… équivaudrait à écouter Christophe Tchao ou encore Gilbert Bawara.

La rue togolaise de nos jours ne respecte que les mots d’ordre du G14. Et il n’y a que son avis qui compte.

Anani Sossou

Laissez un commentaire