Partager
Togo. Duplicité de Faure Gnassingbé. Tout en appelant au dialogue, le gouvernement prépare activement le référendum constitutionnel

Togo. Duplicité de Faure Gnassingbé. Tout en appelant au dialogue, le gouvernement prépare activement le référendum constitutionnel

« L’ouverture du prochain dialogue entre le gouvernement et les partis politiques ne décrète pas la fin des préparatifs du référendum », précision utile apportée jeudi par le ministre Payadowa Boukpessi (photo) de l’administration territoriale lors de la conférence de presse conjointe tenue avec les ministres de la sécurité Yark Damehane, de la justice Pius Agbétomey et celui de la fonction publique Gilbert Bawara.

« La Ceni continue activement les préparations du référendum comme le prévoit la constitution de 1992 » a poursuivi Boukpessi qui affirme que l’article 144 de la Constitution n’avait pas été modifiée en décembre 2002 et de ce fait le gouvernement doit respecter les clauses de cette Loi fondamentale étant donné que l’Assemblée nationale avait voté par 2/3 le projet de révision qui limite le mandat présidentiel à deux et le mode de scrutin à deux tours.

L’annonce des préparatifs du référendum par Payadowa Boukpessi va compliquer les discussions à venir entre l’opposition regroupée dans la Coalition des 14 partis politiques et le gouvernement. Car l’enjeu du référendum pour le pouvoir RPT/UNIR est de remettre les compteurs à zéro afin de permettre à l’usurpateur Faure Gnassingbé de briguer au moins encore deux mandats en 2020 et en 2025.

Or justement la coalition et le peuple togolais qui ont pris d’assaut les rues depuis août dernier réclament le retour à la Constitution de 1992 dont la rétroactivité est en jeu pour un départ du pouvoir de Faure Gnassingbé tout de suite ou pour au plus tard en 2020.

Cette duplicité de vouloir remplir les conditions d’apaisement pour l’ouverture du dialogue et en même temps insister sur la tenue d’un référendum problématique est caractéristique du régime de Faure Gnassingbé.

Les annonces faites ce jour allant dans le sens de l’apaisement et du bon sens répondent uniquement à l’objectif de faire redescendre la pression intérieure et celle des pays voisins de la CEDEAO.

Elles interviennent également pour amener l’opposition au dialogue afin de faire les réformes voulues par le pouvoir qui le favoriseraient respectant ainsi les clauses de la charte de l’organisation sous-régionale qui interdit toute modification constitutionnelle à six mois d’une échéance électorale. Ce qui sera le cas du Togo qui doit renouveler son assemblée nationale pour au plus tard juillet prochain.

Comme on le voit, Faure Gnassingbé et ses ouailles sont cyniques. Dans le même temps qu’ils font des déclarations trompe-l’œil, ils se préparent à faire digérer aux Togolais le scénario longtemps programmé de la convocation du corps électoral au référendum. Les paroles de ces obscurantistes au pouvoir ont toujours été des propos d’ivrogne. Il appartient à ce peuple debout de rester mobilisé et déterminé à chasser l’usurpateur du pouvoir.

Anani Sossou

Laissez un commentaire