Partager
Togo : Enfin qu’est-ce qui fait courir tant «L’homme simple» Faure Gnassingbé?

Togo : Enfin qu’est-ce qui fait courir tant «L’homme simple» Faure Gnassingbé?

Il est présent partout, visible même dans les coins les plus reculés où il n’avait jamais, en presque 13 ans de régence, mis les pieds. Même aux inaugurations de fontaines publiques, de caniveaux, de salle de ciné, de marchés où il a eu le génie d’acheter du pain de 200 fcfa, il montre sa tronche. Et ce ne sont qu’une infime partie de ses prouesses au Togo.

Las de se retrouver avec la même escorte et la même basse-cour dans son pays où presque plus personne ne le tient en estime, notre Faure Gnassingbé national a trouvé au-delà de nos frontières un autre plaisir qui lui permet de tuer le temps auprès de nos voisins de l’ouest.

Ainsi donc ayant appris que le roi des Ashanti, Otumfuo Osei Tutu II célèbre les funérailles de sa mère Nana Afia Kobi Serwan Ampem décédée il y a déjà 1 an à l’âge de 109 ans, notre « Prince », grand voyageur dans l’âme, a sauté dans son avion tous frais payés par le contribuable togolais, pour se retrouver ce jour à Kumassi, la capitale du royaume Ashanti afin de serrer la poigne au roi et bénéficier des allégeances de la cour royale.

Fait bizarre, il est le seul Chef d’État à faire ce déplacement. Même le président ghanéen Nana Akufo-Addo a préféré vaquer à ses nombreuses occupations.

Le prince togolais s’est retrouvé à Kumassi avec un de ses plus vieux complices qui se trouve être un des négociateurs dans la crise togolaise. Le très controversé ministre de la sécurité du Ghana Albert Kan-Dapaah qu’on ne présente plus aux Togolais, était au petit service de son copain Faure Gnassingbé. De là à créer un climat de suspicion pour un possible sabotage des négociations qui devraient décrisper la grave crise née de l’entêtement du fils du dictateur Eyadèma Gnassingbé à conserver le pouvoir ad vitam aeternam, le pas est vite franchi.

De toute façon, les Togolais remontés contre sa régence du trône, l’attendent une nouvelle fois dans les rues les 13, 14 et 16 décembre, moments durant lesquels le potentat Faure Gnassingbé pourra de nouveau mesurer sa côte de popularité auprès des siens, sur son territoire. À défaut, qu’ils l’invitent aux funérailles partout dans les villes et villages afin d’occuper son temps.

Anani Sossou

Laissez un commentaire