Partager
TOGO. La Lettre du Continent (Acte II) perd du temps à vouloir diviser la coalition. Une manipulation qui la décrédibilise

TOGO. La Lettre du Continent (Acte II) perd du temps à vouloir diviser la coalition. Une manipulation qui la décrédibilise

Elle a encore sorti un tissu de contre-vérités qui cette fois prouve aux observateurs de la scène politique togolaise et à l’opinion togolaise qu’elle n’est plus dans le secret des pouvoirs et des scènes politiques mais devient un objet au service des manipulations politiques des dictatures et de leurs soutiens.

Depuis le départ de Antoine Glaser le fondateur de La Lettre du Continent, ce canard en ligne devient un fourre-tout.

Dans son dernier numéro du 1er décembre au sujet du Togo, il apparaît clairement que le pouvoir togolais, guinéen et certains milieux proches de l’opposition sont à la base des tissus de mensonge que contient dorénavant la LC.

Dire que la coalition des 14 partis de l’opposition demande un gouvernement d’union nationale est une aberration. Cela n’a jamais été le cas.

Dire également que la coalition rejette la médiation ghanéenne est absolument une vue de l’esprit. Bien au contraire les leaders présents la semaine dernière à Paris ont compris le rôle que veut jouer Alpha Condé pour saboter les efforts du peuple togolais vers sa libération et donnent plus de crédit aux émissaires de Nana Akuffo-Addo.

François Boko n’a jamais été un proche du président ghanéen. Les deux ne se connaissaient d’ailleurs pas. Leur première et unique rencontre était celle du 20 novembre dernier à Londres et c’est d’ailleurs par un intermédiaire que le Ghana a eu son numéro. Où donc la LC a déniché cette familiarité entre l’ancien ministre togolais et le Président Akuffo-Addo?

L’objectif paraît évident. L’entente entre Boko et la coalition des 14 fait peur et tout est mis en oeuvre pour non seulement jeter l’opprobre sur eux, mais surtout pour démobiliser les Togolais en quête de changement.

Ce qui paraît encore surprenant est la reprise systématique d’une telle désinformation sur des plate-formes, groupes et sur des sites proches de certains partis politiques alors qu’un devoir de vérification de l’information devrait prévaloir. Cela participe-t-il à un plan? Soyons sérieux.

La Lettre du Continent, on l’aura compris, est entrée dans une phase de manipulation, de mensonge et de partie pris pour les obscurantistes au pouvoir togolais et leurs soutiens nationaux et régionaux.

Anani Sossou