Partager
Carton rouge aux dirigeants voleurs des Eperviers du Togo

Carton rouge aux dirigeants voleurs des Eperviers du Togo

À chaque fois que les ÉPERVIERS du Togo se qualifient pour la CAN, le football devient une grande cause nationale. On monte un bataillon pour collecter les dons et les fonds. Et à la fin de la compétition, c’est l’humiliation. Le Togo est toujours en tête de peloton des derniers, ou plutôt, le premier à être éliminé. L’argent récolté cash part dans le crash.

Pour la CAN 2017, les entreprises et les populations ont été mobilisées. Les prix de la bière et des denrées alimentaires ont été augmentés pour contraindre le peuple à côtiser. Le comité d’organisation a récolté plus de 4 milliards de FCFA. Bilan: LES ÉPERVIERS sont derniers de leur poule avec un seul point et sont les premiers à rentrer à la maison. On croyait que ça allait faire des économies. Que non! Le ministre des Sports Guy Madjé LORENZO est venu servir mardi 28 novembre 2017 une comptabilité parodique sortie de ses laboratoires mafieux : plus de 3 milliards 522 millions de FCFA ont été dilapidés et 488 millions se sont envolés sans ailes tels des rapaces qui plongent sur des poussins. Du fric, il y a en à partager entre vautours du gouvernement et oisillons de la Fédération.

C’est une tradition: lors de la CAN 2013 en Afrique du Sud, 2 milliards 257 millions ont été mobilisés. Non seulement plus d’un milliard 500 millions ont été dépensés sans pièces justificatives, mais 629 millions de francs CFA sont perdus dans les nuages sans qu’aucun coupable n’aille en prison.

En 10 participations en phases finales de CAN, le Togo bat les records de budget de toutes les délégations pour ne rien remporter. Est-ce normal qu’un pays pauvre et très endetté comme le Togo qui a 0% de chance de soulever le trophée, alloue un budget de plus de 4 milliards à sa participation, alors que la CAF consacre une enveloppe de 298 millions de francs CFA pour les 4 èmes de chaque groupe?

Et comme les détournements de derniers publics sont contagieux en Afrique, toutes les fédérations et ministères des Sports utilisent la façade de la participation à la coupe du monde ou à la CAN pour jouer à l’inflation. Le Cameroun, la RDC, le Gabon , en sont les grands champions. Mais lors des CAN 2015 et et 2017, ils ont été detrônés par la Côte d’ Ivoire qui a consacré respectivement les budgets de 3 milliards 900 millions et 4 milliards de francs CFA. Bien que précocement éliminés en 2017, les 720 millions de primes qui étaient consacrés aux ÉLÉPHANTS, ont pris la direction des poches des souris de la Fédération et du ministère des Sports. Comme le dit un proverbe africain: « on ne confie pas la garde du panier de graines aux souris »

REMY NGONO