Partager
Togo: Congrès du parti présidentiel Unir dans un pays au bord du chaos

Togo: Congrès du parti présidentiel Unir dans un pays au bord du chaos

« UNIR nos énergies pour un développement harmonieux du pays », voilà le thème choisi par les obscurantistes au pouvoir pour leur congrès 5 ans après la transformation du RPT en UNIR.

Rien sur la situation sociopolitique que les membres de ce parti ont créé dans le pays depuis 2005. Rien sur la crise qui secoue le Togo depuis août dernier. Et rien sur ce qui fait débat, c’est-à-dire la limitation du mandat et le départ de leur champion ne transparaît dans le thème dudit congrès.

Pour eux tout va bien. Le pays n’a aucun souci. Tout marche comme sur des roulettes dans notre cher Togo. Ce qui est normal puisque dans le cercle de la minorité pilleuse, l’argent coule à flot et les vices qui vont avec.

Mais malheureusement pour ce parti, le peuple dans son immense majorité a sonné son glas et tout ce privilège va sous peu finir.

Un parti qui va imploser

À l’instar de beaucoup de pays où les présidents en exercice ont leurs dauphins ou du moins placent leurs pions pour que les choix soient clairs dans les partis avant la fin de leur mandat, au Togo du RPT/UNIR, il n’existe aucun membre du parti capable de prendre la relève après le « Guide éclairé ». Certains d’ailleurs qui nourrissent des ambitions se murent dans un silence pour ne pas réveiller le courroux du dictateur sur eux.

Après 38 ans de pouvoir du père dictateur avec le RPT et 12 ans du fils dont 5 avec UNIR, il est dommage que les militants de ces deux entités qui n’en font en réalité qu’une, n’ont pas sû anticiper et se trouver un dauphin ou simplement un numéro 2.

Personne n’ose se positionner pour succéder aux Gnassingbé. Ils ont tous la trouille rien qu’à y penser. Même en rêve.

La situation de UNIR est exactement celle dans laquelle se trouvait le CDP au Burkina lorsque le potentat Blaise Compaoré a été chassé du pouvoir et son parti n’a pas résisté à cette éviction.

Ce qui est dommage car en terme de leadership c’est un échec cuisant, une honte et une incapacité pour un chef à ne pas ouvrir le jeu pour avoir un successeur. Une honte aussi pour des béni oui oui à ne pouvoir agir que « sur instruction personnelle du Chef de l’Etat ».

Or c’est un secret de polichinelle que les ambitions sont énormes au sein de la vieille formation antidémocratique du pays. Ses membres se regardent en chiens de faïence et se détestent cordialement. En privé, c’est à celui qui peut médire et trahir le plus son camarade de parti même si officiellement on tente de présenter un semblant d’unité.

C’est donc dire que bientôt, ce sera avec une hache que les militants UNIR vont se découper amicalement et des micros partis émerger du parti présidentiel.

Ce congrès est donc un non événement. Ce parti est une pourriture qui est aux antipodes de la réelle aspiration des Togolais. On peut d’ores et déjà anticiper les conclusions de ce congrès et même écrire la motion finale qui le sanctionnera: « Faure toujours au pouvoir… » sauf qu’il va bientôt tomber de son piédestal.

Anani Sossou

Laissez un commentaire