Partager
L’acharnement se poursuit contre la presse critique

L’acharnement se poursuit contre la presse critique

Jamais deux sans trois. Non content de le faire convoquer une première fois devant le Service de renseignement et d’investigation (SRI) pour avoir dénoncé et publié dans le Journal « Triangle des Enjeux » sa présence à la marche de la honte du parti pourri et moribond du RPT/UNIR Le 29 août dernier, le très partisan président de la Cour Constitutionnelle, le mari cocufié de Suzanne Aho la Vice-présidente de la délégation spéciale de la ville de Lomé, le caciques de Faure Gnassingbé Abdou ASSOUMA, récidive et fait convoquer Jérôme Sossou devant le 2è substitut du Procureur de la République pour les mêmes faits.

Reçu déjà le 29 septembre dernier par le procureur Poyodi qui avait clos ce dossier, Abdou Assouma, fort de sa puissance, veut à tout prix faire fermer ce journal très critique vis-à-vis de la minorité pilleuse au pouvoir à Lomé.

Mais les machinations politiciennes et les brimades contre la presse, les Togolais et principalement les journalistes y sont habitués et ne craignent plus rien.

Alors que la pression pèse sur l’usurpateur du pouvoir de Lomé Faure Gnassingbé, ses sous-fifres font tout pour le crucifier en posant des actes aux antipodes de l’apaisement.

Mais ils ne perdent rien pour attendre. La fin est là et visible. Ce sera bientôt le tour de ces voleurs et assassins de rendre compte au peuple pour mauvais service rendu et pour crime imprescriptible contre la nation togolaise.

Anani Sossou

Laissez un commentaire