Partager
Brouille entre Charles Kondi Agba et le syndicat de la santé

Brouille entre Charles Kondi Agba et le syndicat de la santé

On l’a toujours reconnu pour ses rodomontades autour des questions qu’il maîtrise très peu. Il a toujours donné l’impression d’un «monsieur sait tout». À le voir parfois dans ses démonstrations, on croirait qu’il n’y a pas plus intelligent au Togo.

Charles Kondi Agba, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a encore trouvé de la matière, comme à son habitude, pour étaler ses maladresses au grand jour.

En effet, lorsque l’occasion lui a été offerte de parler du bilan de l’accord entre le SYNPHOT et le gouvernement, il n’a pas trouvé mieux à dire que la connexion Internet dans les CHU est disponible et gratuite. Quel manque d’égard envers le personnel soignant ! Une façon de se moquer des praticiens hospitaliers qui se battent nuit et jour pour sauver la vie de leurs concitoyens. Cette déclaration de Charles Kondi Agba a été jugée scandaleuse par le personnel soignant, qui a pourtant toutes les difficultés à avoir accès à l’internet.

D’abord, la connexion Internet n’a été gratuite dans les CHU, après les quatre semaines d’observation suite à l’installation de l’Internet  au CHU-Tokoin, événement que le gouvernement, par l’entremise du ministre de la Santé, a crié sur tous les toits, il a été demandé aux hôpitaux de payer avant d’y avoir accès. Les structures dans ces centres de santé étant déjà trop endettées, c’est au personnel qu’il est finalement demandé de payer un ticket de 300 francs pour se connecter. Ce personnel soignant  étant également très limité dans ses dépenses, se voit privé de l’Internet qui reste pourtant un outil de travail incontournable pour des recherches dans ce domaine.

En plus, après avoir payé, la connexion est lente et très défaillante, contrairement à ce que Charles Kondi Agba tente de faire croire aux Togolais. Il y a d’ailleurs des points dans l’accord entre le SYNPHOT et le gouvernement sur lesquels ce dernier rechigne à donner satisfaction. Par exemple, l’audit de ces centres de santé qui est l’une des revendications du Syndicat des Praticiens Hospitaliers du Togo peine à se concrétiser à cause du manque de volonté du gouvernement. Or, c’est cet audit qui permettra de savoir si vraiment ces hôpitaux sont en mesure de prendre en charge les dépenses qu’on leur demande. Tout cela ne semble rien dire au ministre de la Santé qui se complaît dans des bourdes. Ce qui fait brandir au SYNPHOT la menace de reprise des mouvements de grève si le gouvernement persiste dans son manque de sérieux qui complique les négociations.

Comme on peut le constater, le ministre Agba fait montre d’une légèreté criarde dans ce dossier qui risque de coûter la vie aux paisibles citoyens. Au moment où tout le gouvernement célèbre l’élection du Togo comme membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, on se demande ce que cela apporte aux Togolais s’ils doivent continuer par mourir comme des chiens dans les hôpitaux. La sécurité sanitaire n’est-elle pas importante?

K. I.